Projet Mako

En bref:

 

  • Permis de 150km2 au Sénégal Oriental
  • Réserve d’1m oz

 

  • Développement d'une mine à ciel ouvert
  • EIES complétée en 2015

 

  • Processus de traitement CIL commun dans l’industrie
  • Etude de Faisabilité complétée en 2015

 

Vue d’ensemble

Le projet se situe dans L’Est du Sénégal, au sein de la fameuse « Fenêtre de Kéniéba » dans laquelle se trouve un nombre d’opérations minières de classe mondiale, y compris la mine de Sabodala à environs 40km de Mako. Son accès est possible par la route internationale Dakar- Bamako qui passe à 5km du projet. Le permis d’exploration recouvre une superficie de 150km2.

Le permis n’avait pas connu de travaux précédents avant l’implication de Toro Gold et les travaux initiaux effectués en 2010 / 2011 ont permis d’identifier plusieurs zones d’anomalies dont le prospect de Petowal, maintenant le point focal des activités d’exploration.

Entre 2011 et 2015, environs 52 000 mètres de forage ont été effectués en plusieurs campagnes successives. A partir des résultats de forage et des estimations de ressources la société a complété plusieurs études techniques : l’Etude Economique Préliminaire (« Scoping ») en 2013, l’Etude de Préfaisabilité en 2014 et l’Etude de Faisabilité Définitive en 2015.

En parallèle, depuis 2012 une équipe interne travaillant avec des consultants indépendants a fait le rassemblement de données Environnementales et Sociales de base, permettant une compréhension approfondie du contexte du projet et fournissant une forte base pour l’Etude d’Impact Environnementale et Sociale (EIES) qui a été achevée en 2015.

L’EFD et l’EIES permettent le développement d’une mine d’or en exploitation pendant 8ans, mais plusieurs cibles d’exploration ont du potentiel et pourraient prolonger la durée de vie de la mine. Celles-ci seront étudiées en temps voulu.

 

Etude de Faisabilité Définitive

  • Une Ressource JORC  minérale de 22,85mt à 1,83g/t Au pour 1 345 000oz d’or (conforme aux lignes directives de JORC 2012);
  • Opération minière à ciel ouvert employant une configuration standard de camions et de pelles excavatrices;
  • Une Réserve JORC de 13,9mt à 2,22g/t Au pour 996 000oz d’or avec un décapage de 5,4 tonnes de résidus pour 1 tonne de minerai durant la vie de la mine;
  • Une usine de traitement CIL d’une capacité d’1,8million de tonnes par avec un taux de récupération moyen de 89,6% pendant l’exploitation de la mine à une granulométrie de P(80) 125µm;
  • Un programme de production moyenant plus de 140 000oz d’or par an pendant les 5 premières années à une teneur traitée moyennant 2,72g/t.
  • Un Barrage de Retenue d’Eau d’une capacité de 924 000m;
  • Une Installation de Gestion des Résidus (“IGR”) comportant un revêtement de sol compacté avec un liner supplémentaire en HDPE;
  • Une centrale électrique Diesel de 14 MW opérée par un Producteur d’Energie Indépendant;
  • Un camp d’une capacité de logement de 130 lits;


Paramètres Economiques

  • Capex de développement de US$170 million , comprenant une contingence (US$16,2million) et un fond de roulement (US$4,5million);
  • Capital de maintien pendant la durée de vie de la mine et de clôture de la mine : US$31,5 million;
  • Coût moyen de maintien Durant l’exploitation (“AISC”): US$794/oz; et,


Etude d’Impact Environnemental et Social

Les études Environnementales et Sociales de base sur le Projet de Mako ont commencé en fin 2012, celles-ci comprennent des études spécialisées sur l’écologie aquatique et terrestrielle, l’archéologie et l’héritage culturel, la qualité de l’air et le bruit, l’utilisation des terres et moyens de subsistance, l’hydrologie, l’hydrogéologie et la qualité de l’eau.

Une Etude d’Impact Environnementale et Sociale a été complétée en juillet 2015.

Récapitulatif de l’EIES : 

  • L’étude et la gestion des risques et impacts environnementaux et sociaux a formé une partie intégrale de la conception du Projet. Une hiérarchie d’atténuation a été adoptée pour anticiper et éviter les impacts sur les communautés et l’environnement, ou les minimiser quand il n’est pas possible de les éviter, et compenser dans le cas où il y aurait des impacts résiduels.
  • L’EIES a été entreprise selon les exigences de la législation Sénégalaise ainsi que des normes internationales, en particulier les Normes de Performance de la SFI (« IFC ») en Matière de Durabilité
  • Le Projet peut être construit, exploité et fermé d’une manière qui ne compromettra pas la communauté, les valeurs économiques existantes ou l’environnement;
  • Le Projet peut permettre un développement économique et de compétences important qui pourrait bénéficier au pays et au peuple Sénégalais; 
  • Le Projet ne nécessite pas la réinstallation des communautés impactées et les déplacements économiques liés à l’acquisition des terres dans le périmètre du projet sont limités;
  • Il existe un important soutien communautaire et institutionnel envers le Projet. L’engagement fort et cohérent que MEC a eu avec le Gouvernement et les communautés locales a établi un esprit de bonne entente.
  • Les risques géochimiques des stériles et des résidus envers la gestion de la qualité d’eau et la fermeture de la mine sont faibles
  • L’Installation de Gestion des Résidus est conçue et sera gérée de façon à ce qu’elle ne décharge pas dans les eaux réceptrices lors de l’exploitation ;

L’environnement biologique  est sensible du fait de la proximité avec le Parc National du Niokolo-Koba et le fleuve Gambie. Pour cela, une compensation de la biodiversité sera nécessaire pour que la biodiversité hérite positivement du Projet. 

 

 Investissement Environnemental et Social à Mako

La Société s’engage à partager les bienfaits de ses activités avec ses communautés d’accueil de par la conception et le développement responsables, dont l’investissement social.

Le Programme d’Investissement Social a démarré à Mako en début 2013 et les principales réalisations comprennent :      

  • La création de maraichages irrigués, fournissant une source de revenue importante au profit de plus de 85 producteurs et leurs familles
  • Installation de forages d’eau souterraine fournissant une source d’eau potable pour plus de 750 personnes
  •  Rétablissement de services de Santé communautaire en partenariat avec les autorités de Santé régionales au profit de plus de 3 000 personnes  
  • Distribution de matériel scolaire aux écoles primaires et collèges, dont un programme d’initiation à l’alphabétisme 
  • Réparation d’un moulin à céréales motorisé pour alléger le travail des femmes lors de la récolte de céréales 

La Société a aussi initié plusieurs programmes pilotes pour démontrer les opportunités pour l’intensification de la production agricole en utilisant des technologies qui sont prouvées mais dont la pratique n’est pas courante dans la région locale.

Ces activités sont réalisées en partenariat avec les communautés et les autorités administratives locales conformément à leurs priorités de développement. Avec son programme d’Investissement Social, la Société cherche à identifier des modèles de développement communautaire efficaces et à s’associer avec les acteurs locaux pour  reproduire ces modèles au profit d’un groupe de parties prenantes plus large.

La Société a aussi investi dans le Fond pour la Biodiversité de Mako, qui a été mis en place en accord avec les autorités de gestion du Parc National du Niokolo Koba. Le Fond pour la Biodiversité à contribué aux initiatives suivantes :

  • Dénombrement des grands mammifères par études aériennes et terrestres 
  • Programme de réhabilitation et de maintient des pistes d’accès à l’intérieur du Park National dans le but de permettre l’accès pour le control environnemental, le tourisme et les patrouilles anti-braconnage 
  • Programme de bourse et de formation spécialisée pour le personnel du Parc National du Niokolo Koba.

En concertation avec les parties prenantes nationales, la Société étudie les opportunités pour Mako de catalyser l’investissement institutionnel global et à long terme  dans la gestion du Park National.